Alain Corbellari

Les mondes du Concombre masqué

page précédente * * * Page 19 * * * page suivante

table des matières

 

Portée sociale et philosophique

 

1) Le mythe du savoir

 

Dans « Initiation » (tome 1 « Aventures Potagères » page 42-43), le Concombre et Chourave vont à l'école pour apprendre ce qu'est la vie. Et ils en reviennent en ne sachant rien de plus sinon qu’ils ne savent rien. Puisqu’il ne sait rien au sujet de ce qu’il ne sait pas, le Concombre n’a pas de point de référence pour savoir s’il pourrait en savoir plus. Ainsi, la « sagesse suprême » est de savoir qu’on ne saura jamais tout et qu’on ne saura jamais qu’on ne saura jamais tout, ce qui revient à dire qu’on en saura toujours autant pour s’imaginer qu’on ne sait rien. Le bon côté de la chose est, comme le dit le Concombre, que « plus on en sait et moins on en apprend ». Le revers de la médaille c’est peut-être que « c’est ça la vie ».

« Plus on en sait et moins on en apprend !  »

Ainsi de même que le réel n’est pas appréhendable, le savoir se dérobe lui aussi et c’est au moment où l’on s’imagine tout savoir qu’on s’aperçoit qu’on ne sait rien. Plus on en sait, moins on le sait et il n’y a pas de raison pour que le processus s’arrête.

 

Ainsi Le Livre du grand tout conservera toujours une petite erreur. Ainsi la recherche scientifique ne pourra que confirmer ou expliquer cet état de fait comme le montre « Tous dans le bain » où le cerveau du Concombre élabore la loi de l’emmergouillement maximum : « tout effort pour sortir de la mergouille tend à développer une force de sens opposé dirigée de bas en haut et égale au carré de l’énergie déployée pour s’en sortir » (tome 2 « Le Retour », pages 29 et 30).

Loi de l’emmergouillement maximum :
« Tout effort pour sortir de la mergouille tend à développer une force de sens opposé dirigée de bas en haut et égale au carré de l’énergie déployée pour s’en sortir »

Cette loi est l’image d’un savoir dérisoire dont les éléphants qui l’entendent se fichent éperdument. Tout ce qu’ils veulent, c’est prendre un bain. Leur désir est platement matérialiste et il ne s’encombrent pas d’un savoir inutile qui ne peut que constater son propre échec. Le Concombre, à la fin de cette histoire enterre soigneusement la formule (E = MR 2) de cette loi scientifique et s’écrie : « faut pas penser avec la tête ! » (page 31). Son cerveau lui a d’ailleurs faussé entre temps compagnie.

« Faut pas penser avec la tête ! »

Il s’éloigne et la formule provoque une explosion souterraine, preuve qu’elle était dangereuse et que bien utilisée, elle aurait pu servir à gouverner le monde. Le Concombre a bien fait de s’en débarrasser. C.Q.F.D.

 

C’était encore un de ces morceaux de savoir qui, comme les phrases du Livre du Grand Tout ne pouvait être que trompeur. Le mythe du savoir se retrouve encore dans l’histoire du Patatoseur et c’est toujours le même échec car le savoir absolu n’existe pas.

 

page précédente * * * Page 19 * * * page suivante

table des matières

 Notes: