samedi 29 juin 2015

LES CHRONIQUES DU CONCOMBRE (2)

Mes Chers Légumes,

Voici la suite de mes écluburations (après, c'est promis! juré! j'arrête!) :

X
"BOBO LA TÊTE !"

* * * * *

Un charlot, des Charlies (suivant la terminologie italienne)

J'aurais encore beaucoup de choses à dire à propos de ce qui s'est passé à Charlie Hebdo, et sur ce qui s'est passé ensuite, car je me pose encore beaucoup de questions. Je vois à présent que je suis pas tout seul à me les poser. Témoin Emmanuel Todd. J'ai fait un petit post-it sur son intervention, que vous pourrez consulter ICI : Emmanuel Todd : « Qui est Charlie? »

J'ai regardé sur Youtube et j'ai trouvé ceci :

Emmanuel Todd "Si vous me refaite
le coup du terrorisme intellectuel je quitte le studio !"
Si vous ne voyez pas apparaître la Video ci-dessus, voyez là sur YouTube : ICI

NOTE : Vous avez-vu comment Patrick COHEN essaye de l'empêcher de s'exprimer, en le coupant sans arrêt, en parlant à sa place, en lui faisant dire ce qu'il n'a pas dit et lui demandant d'y répondre, bref en faisant tout pour le déstabiliser pour qu'il s'embrouille et qu'il se taise? C'est ça, "la liberté d'expression" que nous sommes sommés de défendre contre l'obscurantisme? Bravo!

Commentaire d'un internaute : Cohen et l'honneteté intellectuelle, c'est le jour et la nuit !!

J'ai vu ensuite que je n'étais pas tout seul à être de mon avis. Témoin sur cette page :

Emmanuel Todd fait voler en éclat le vernis du Charlisme :

On se doutait que le nouveau livre d’Emmanuel Todd, « Qui est Charlie ? », allait déclencher un tollé des Charlie ainsi questionnés. Eh bien, mission largement accomplie avant même l’arrivée de l’ouvrage dans les librairies : un carnage. (la suite ICI)

En tous cas, en tant que légume, je suis entièrement d'accord avec Todd (Vas-y Emmanuel! Rentre-leur dans le chou! Mets-leur le nez dans leur caca! Les légumes sont avec toi!) sur ce que ça révèle de refoulé dans l'inconscient de notre beau pays. Ça ne plait pas à tout le monde de s'en apercevoir. A moi non plus. Mais c'est comme ça.

J'irai même plus loin :

Pour moi, ce que révèle la publication de ces caricatures et tout le toutim hystérique qui s'en est suivi , surtout dans la réaction unanime des médias et les manifestations "Je suis Charlie", c'est au delà (ou en deça) d'un racisme anti-musulman et je dirais même carrément anti-arabe, c'est une pure et simple haine de tout ce qui est "arabe", avec un non moins profond mépris. Et pourquoi cette haine et ce mépris ? Hé bien, si on remonte un peu en arrière dans ce "devoir de mémoire" dont on nous rabat les oreilles, et que là on semble avoir curieusement oublié, alors que c'est pas si loin dans le temps, on les avait colonisés, ces arabes. On avait apporté "la civilisation" en Tunisie, en Algérie et au Maroc (entre autres), et ces ingrats s'étaient permis de nous foutre à la porte à coups de pied au cul! Ça nous a profondément vexé! La voilà l'explication de notre haine et de notre mépris! C'est aussi simple que ça : On est vexés dans notre amour-propre! Comment? Nous, race supérieure, se faire virer comme des malpropres par ces moricauds? Ah, c'est du propre!

Mais comment en est-on arrivé là ?

Faisons un petit tour d'Histoire. Rappelons un petit peu les faits. En 1880, à l'initiative du Roi des Belges une conférence annonce son intention de se tailler un royaume au centre de l'Afrique, dans le bassin du Congo. Il y engage sa fortune personnelle et ses capitaux, pour y faire ses petites affaires, au nom de "la mission civilisatrice de l'Europe". Personne ne moufte. Tout le monde trouve ça normal. Aucun citoyen Belge, ni L'État Belge, ni aucun État Européen ne proteste. A chacun sa part du gâteau. C'est la logique du système capitaliste qui fonctionne en plein.

Leopod II Roi du Congo, à qui l'on prête d'avoir
appelé l'Afrique : "Le magnifique gâteau Africain".

L'esclavage : Le Congo au temps des colonies (III)

Images et idées archétypes du Congo belge :
Le temps des pionniers
Cartes postales

Jules Ferry (de l'école laïque), discours devant les députés, 1885 :
"...Il faut dire ouvertement que les races supérieures
ont un droit vis à vis des races inférieures.
Elles ont le devoir de civiliser les races inférieures."

Expansion du monde industriel

Un peu plus tard, en1884 , Bismarck, qui vient de mettre la pilée à la France et qui se retrouve de par le fait Maître de L'Europe (tiens, L'Europe, déjà... avec L'Allemagne en position dominante... comme le temps passe...), réunit tous les états européens pour décider du partage de L'Afrique. Tractations sordides et poignées de main : Tiens, tu me donnes ça, et moi je te laisse t'installer là. La France héritera finalement de la main mise sur l'Algérie, le Maroc et la Tunisie, plus quelques autres territoires à exploiter : Tchad, etc.

La Conférence de Berlin en 1885 :
B
"A chacun sa part".

Toujours est -il qu'en 1881, la France occupe la Tunisie, froissant au passage la susceptibilité de l'Italie, pose ses premiers jalons dans les territoires constituant l'actuelle République du Congo et s'empare de la Guinée en 1884.

BISMARCK : LE PARTAGE DE L’AFRIQUE

La conférence de Berlin

1885

Bismarck a l'initiative d'une concertation entre les principales puissances d'Europe intéressées par l'Afrique. Ce qui est fait à Berlin du 15 novembre 1884 au 26 février 1885. Cette concertation prend le nom de « Conférence de Berlin » ou encore de « partage de l'Afrique », même si ce terme n'est pas tout à fait approprié à cette date. Cette conférence a pour but de fixer les règles permettant d'éviter les heurts et l'épreuve de force entre les nations européennes en Afrique. Ces règles qui ne sont que théoriques, font qu'aucun Etat européen ne peut désormais revendiquer la possession d'une région d'Afrique sans l'occuper effectivement, ce qui suppose la délimitation des « zones d’influence » et des zones occupées, ainsi que la matérialisation de cette occupation par des « frontières ». (la suite sur le site : BISMARCK - LE PARTAGE DE L’AFRIQUE)

Le Partage de L'Afrique
Partage de l'Afrique
1914

LE GENOCIDE DES HEREROS DE NAMIBIE PAR L'ALLEMAGNE

A la fin du XIXème siècle l'Europe est bien décidée à se partager l'Afrique; en 1884-85 le Congrès international de Berlin organisé sous l’arbitrage de Bismarck, fixa les règles qui devaient présider au partage de l’Afrique mais sans délimitations géographiques claires. Pour détourner la France de l’Alsace-Lorraine et de « l’esprit revanchard », Bismarck appuya de grands avantages pour la France en Afrique, en effet Bismarck se désintéresse de la question coloniale. Mais l’arrivée sur le trône de Guillaume II en 1888 et sa décision d’écarter Bismarck en 1890 modifia la donne coloniale. Guillaume II veut défendre le droit à coloniser de l'Allemagne et notamment en Afrique et Chine. (suite : LE GENOCIDE DES HEREROS DE NAMIBIE PAR L'ALLEMAGNE)

Cecil Rhodes, né en 1853, joua un role politique et économique majeur
dans la colonisation de L'Afrique du Sud.
L
C'était un financier.

Pourquoi je vous raconte tout ça? Hé bien voilà :

Tout d'abord : Coïncidence ? C'est justement ce dont je suis en train de parler dans la suite de la prochaine BD du Concombre, que je suis en train de mettre en ligne ICI : "Au delà du Réel". Manifestement, c'est une question qui me turlupine depuis un bout de temps.

Normal, vu que à la suite à cette colonisation de la Tunisie par la France, l'histoire a voulu que, fuyant les massacres perpétrés en Russie par Lénine et sa clique de bolcheviks en 1917, ma famille émigre de Russie pour se réfugier en Tunisie, alors "protectorat" français. C'est là que je suis né en 1940 à Bizerte.

Et voilà mes souvenirs sur le racisme anti-arabe banal et ambiant de la communauté européenne qui s'y était installée : Nous ne fréquentions pas les gosses arabes. C'était mal vu. Et je me souviens d'une conversation entendue sur le perron de la maison d'à côté, où toute la famille prenait le frais sur l'escalier de marbre menant à la porte d'entrée. Notre voisin, un italien fort sympathique au demeurant, faisant de l'esprit : " On peut rien en tirer. Regardez : On leur donne des villas, et ils en font des gourbis". Et une des expressions favorites pour désigner un travail mal fait était : "C'est du travail arabe". J'ai connu ça.

Un peu plus tard, mon père qui était médecin, devant l'ambiance qui commençait à devenir hostile, décide de quitter la Tunisie pour émigrer au Maroc. Il trouve une place de médecin dans le sud marocain à Boutazoult, au service des Mines de l'Imini. Il est chargé de soigner les marocains qui perdent leurs poumons à extraire du manganèse du sous-sol désertique.

Moi, je me retrouve interne au Lycée Mangin (un nom de militaire) à Marrakech. Là le seul copain de classe que j'ai eu était le seul arabe de la classe, relégué conme moi sur la dernière travée de la classe, le banc des cancres. Je communiquais peu avec lui, en classe uniquement. Je ne l'ai jamais fréquenté en dehors de la classe. Et c'est le seul pourtant qui soit venu me dire au revoir à l'aéroport, à mon grand étonnement, lorsque j'ai quitté le Maroc pour aller continuer mes études à Bizerte dans la famille de mes cousins, vu que je ne supportais pas l'internat. Je ne me souviens même pas de son nom. Racisme banal. J'en ai honte encore à présent.

Une autre fois au Maroc, alors que nous passions en famille un mois de vacances à Fédala, ville fleurie aux plages magnifiques, dans une villa appartenant aux Mines de L'Imini, nous étions mes deux frères et moi, juchés sur un des piliers entourant le jardin en train de nous amuser à faire des bulles de savon qu'on envoyait se ballader dans les rues (on était à un croisement), quand je vois un gosse marocain envoyer une pierre pour tenter de dégommer des bulles. Une pierre, deux pierre, plusieurs gosses se mettent de la partie, et au bout d'un instant les pierres ont commencé à voler dans notre direction. Houlà, si ça continue comme ça, on va se faire lapider, me suis-je dit. Et j'ai dit à mes frères : "Bon allez, fini de jouer. On rentre à la maison".

C'est à ce moment que me suis rendu compte à ce moment-là que notre présence en ces lieux n'était pas des plus bienvenues.

Un peu plus tard, devant ce qu'on appelait à l'époque " les évènements" - qui s'intensifaient, mon père décide de quitter le Maroc pour s'installer en France, à Lons-le-Saunier (Jura).

Je me souviendrai toujours du dernier trajet effectué en micheline entre Lyon et Lons. Il pleuvait et nous avancions sous une double haie d'arbres mouillés. Parti du sud marocain où il n'y avait que pierraille et touffes d'alfa sous un soleil de plomb, je me retrouvais soudain dans un océan de verdure ruisselante d'eau. Je n'avais jamais vu autant d'eau.

Et je me souviendrai toujours de ma rentrée scolaire, je devais avoir dans les quatorze ans, au Lycée Stephen Pichon. J'étais vêtu comme un as de pique, avec une "canadienne" marron de plouc, dont m'avait affublée ma mère, totalement ridicule devant les tenues très smart des fils de la bourgeoisie locale qui formaient le rang prêt à entrer en classe, avec en plus un sac à dos de toile de jute vert kaki entre les épaules, j'incarnais le parfait bouseux bas de gamme.

Hé bien, savez-vous comment m'ont accuelli mes futurs camarades de classe? Avec des sourires narquois, certains me traitant ouvertement de : "Sale russe!" Alors, vous savez : le racisme banal du Français moyen, je connais.

Un soir, on était à table, et j'entends à la radio, que suite à la publication des caricatures, les locaux de Charlie ont été incendié. J'ai dit à ma femme : "Ils sont dingues! Cet incendie est un avertissement sans frais. S'ils continuent comme ça, ils vont y passer."

Pas étonnant que Wolinsky aie été le seul de la rédaction de Charlie à se montrer réticent pour publier à nouveau ces caricatures. Figurez-vous qu'on était pays. Il avait vécu là-bas, dans son enfance lui aussi, à Tunis. Il savait bien que ce serait ressenti comme une provocation et que ça pourrait être très dangereux. Il avait vécu déjà tout ça, là-bas. Comme moi, il savait.

Quand on voit comment on a traité ces gens depuis plus d'un siècle, comment on les parque dans des ghettos, desquels ils auront bien du mal à sortir, car allez trouver un boulot en-dehors de la zône ou un apart en annonçant que vous vous prénommez Ahmed ou Mourad, comment peut-on se permettre d'insulter leur religion, quand pour certains, c'est la seule chose qui leur permet encore de tenir debout dans la dignité, comment peut-on faire une chose pareille ? Ça me sidère.

Surtout venant de la part de gens qui se disent "anti-racistes". C'est pas du racisme, ça? C'est pas "la banalité du mal", comme disait Hannah Arendt?

Je me pose aussi bien d'autres questions. Justement, sur la religion. Par exemple : "Et Dieu dans tout ça"? On me dit qu'on les publie ces caricatures, dans le but louable de dénoncer l'obscurantisme d'une religion, dont le représentant sur terre serait Mahomet, en se plaçant dans la position de celui qui affirme ne plus croire en aucune religion, donc pour qui Dieu n'existe pas. Or que représente la figure de Mahomet ? C'est, qu'on le veuille ou non, la figure de Dieu. Et qu'est-ce qu'on fait en publiant une caricature d'icelui : on tape dessus. Mais alors là, il y a une contradiction : On ne peut pas taper sur quelqu'un qui n'existe pas pour soi. Donc, pour le caricaturiste Dieu existe. Alors, comment peut-il se dire athée? Là, il y a un hic. Ça ne cadre pas.

Une autre interprétation du pourquoi de ces caricatures est possible. Si la figure de Dieu, c'est la figure symbolique du Père, alors toute cette histoire serait le résultat d'un Oedipe mal emmanché dans lequel la figure honnie du Père est éjectée. Ce qui se traduit dans l'idéologie dominante du Capitalisme Néo-Libéral, reprise et en boucle dans le disours permanent de tous les médias (et de la gauche!) par les slogans : "Jouir sans entraves" et "Il est interdit d'interdire". De ces slogans majeurs de Mai 68, dont s'est emparé le discours capitaliste qui nous programme, nous formate et nous gouverne, curieusement il y en a un : "Non à la Société de Con-Sommation" qui - comme par hasard - a été oublié! Comment cela se fait-ce? Hé bien, la réponse est simple mes enfants : Plus de Père = Plus de fessée! On élimine le Père Interdicteur, pourquoi? Pour nous autoriser de jouir sans entraves de la Mère! Et PAF! L'Oedipe est contourné! Mais oui, mes enfants! Changement de programme! Plus de Père Gêneur! Là où il a de la Gêne, Ya pas d'Plaisir! Alors on se débarasse de la Gêne. Plus de Gêne! Faut plus se Gêner! Et Vive le Gène-Ethique! Nouveau programme : Nique ta mère! Jouissons sans limite de Maman! Avec tous les biens ont elle nous gave de sa généreuse mamelle. Ce que l'on peut illustrer par cette peinture de Daumier : La République allaitant ses enfants. Plus de Père-La-Gène! Tout ça c'est fini, c'est "Ouf"! Tout ce toutim, c'était rien que des fariboles de Judéo-Christianisme, je dirais même plus : du Phallocratisme et du Sexisme! Soyons résolûment "Moderne"! Dieu est mort! Il n'y a plus de Papa! Jouissons sans limites de la Mère et de tous ses dons! Tous nos produits pour jouir de tout sont en tête de Gondole à L'Hyper Marché! Gondolons-nous sans entraves jusqu'à plus soif! Tout est permis! C'est la logique du Marché! Que dis-je? C'est la Religion du Divin Hyper-Marché! Cool, non? Que demande le peuple? Du jambon! Et de l'Egalité! Ce qui sera édicté par la règle administrative qui veut que dans L'Hyper-Marché tous paient leur jambon au même prix. C'est ça Leur Sacro-Sainte Egalité, mes chéris! C'est la Nouvelle Religion du Marché!

Daumier
La République - esquisse
1848. Paris, musée d'Orsay.

Photo RMN/©Hervé Lewandowski
Répondant à un "appel à artistes" pour "la composition de la figure symbolique de la IIe République" tout juste instaurée, Daumier proposa une allégorie ambitieuse, idéale et généreuse de la République. Il la représente ici sous les traits classiques de la vertu Charité donnant le sein à deux nourrissons. Malgré ses grands talents de peintre, Daumier n'emporta pas le concours.

Alors quand on me dit que nous autres les "Modernes", "Les Progressistes", Les "De Gauche", nous ne croyons plus en Dieu, nous n'avons plus de religion, laissez-moi me gondoler. Et comment que nous avons une religion! Elle nous est délivrée tous les jours par les médias réunis. C'est la Religion du Divin Marché. Les deux premiers commandements en sont : "Produisez" et "Consommez"! Exit le commandement : "Tu ne tueras point". Pourquoi attendre bêtement que le Paradis n'advienne qu'après la mort : ON VEUT TOUT TOUT DE SUITE ET TOUT LE TEMPS! Abolissons donc La Mort! Et grâce à l'opération du Divin Hyper-Marché, le Paradis régnera enfin sur Terre pour les siècles des siècles! Ad Vitam Eternam!

L'Hyper-Marché, c'est la Mondialisation de la Nouvelle Religion planétaire :

"La Jouissance pour Tous" !

Tous egos devant les Têtes de Gondole ! Amen Le Pèze !

Ne disait-on pas du journal du soir de TF1 : C'est la messe du 20 heures? Je ne sais plus si on le dit encore : je ne regarde plus la télé et je ne lis plus de journaux. Que Dieu m'en préserve.

Mais on va me rétorquer que là je fais de la psychanalyse de bazar, je ne raconte rien que des âneries, et que je ferais mieux de me taire. Bon, OK, d'accord, je me tais. Que les ânes rient.

N'empêche que Melba !

Ce qui est éjecté du symbolique par la fenêtre a une furieuse tendance à faire retour dans le réel par la porte avec une kalachnikov. La figure terrible, terrorisante et féroce du Père Imaginaire, la figure du Père de la Horde ré-apparaît, pas content du tout qu'on le brade et qu'on le brave. Faudrait peut-être pas s'étonner que dans sa grande colère, il tue.

Mais bon, OK, d'accord, ce que je raconte, c'est rien que des âneries. Et les ânes rient. Mais s'il vous plait, que personne ne se sente insulté. Je ne veux insulter personne. Je me pose juste des questions. Et que je fasse rire les ânes, quel mal il y a-t-il à ça? On me dit que je peux, et même que je dois rire de tout, c'est un injonction du discours officiel. Alors pourquoi m'en priverais-je?

Je dis simplement que l'on lorsqu'on s'adresse à quelqu'un que l'on sait violent, il vaut mieux rester poli, si l'on tient à la vie. Faut pas aller tirer les moustaches du tigre quand la porte de la cage du zoo est ouverte. Surtout quand il est armé.

Est-ce que j'ai dit une ânerie?

Bon, la coupe est pleine. Il est temps de passer à la page suivante.
Cliquez sur "suite page 3", en bas à droite.

Concombre et Chourave gif

NOTE : Si vous avez un avis sur la question ou un commentaire à faire, vous pouvez m'envoyer une réponse en utilisant la Lettre que vous avez reçu. J'y répondrai dans la mesure du possible. Merci.